Transformer l’établissement scolaire par les médias sociaux. Etendre les possibilités de communiquer et d’apprendre en commun. L’histoire d’Eric Sheninger, chef d’établissement (2)

Un aspect important de notre approche a consisté à faire participer les élèves, les parents, les enseignants et les membres de la communauté scolaire  à l’élaboration des outils et des processus que nous aurions à utiliser pour communiquer. Nous avons invité de nombreux partenaires à participer à notre processus de direction et de décision.

Les élèves, les enseignants et les administrateurs ont collaboré pour développer notre application de communication scolaire en partenariat avec une société appelée Beeonics. La seule façon de créer un outil répondant aux besoins de chacun était d’inviter des représentants de la communauté scolaire à mener le processus de conception. Cette équipe a défini les exigences et les caractéristiques de l’application, un processus qui a impliqué à la fois un brainstorming en face à face et la sollicitation de commentaires par le biais d’outils en ligne comme Facebook et Google Apps.

Le résultat fut une application qui soutenait la communication dans tous les sens : entre les élèves et les enseignants, entre les familles et le personnel de l’école, et avec les membres de l’université. Elle a permis aux élèves de vérifier leurs notes et de soumettre des travaux, aux enseignants de partager des devoirs et des informations, et aux parents de se connecter facilement avec les enseignants et de voir les progrès des élèves. Il m’a également été beaucoup plus facile de partager rapidement les mises à jour et les annonces avec tous les membres de la communauté scolaire.

Cette expérience a permis de cultiver des compétences de leadership dans l’ensemble de notre établissement. Elle a également montré clairement aux familles qu’elles étaient un élément important de la communauté scolaire. Et le fait de donner l’exemple de la transparence dans les changements de politique scolaire a créé une attente de transparence dans tout l’établissement. Les élèves se sont également concentrés sur le partage du travail et l’obtention de résultats, y compris la création de travaux pour un public plus large. Cela a permis d’améliorer la qualité du travail à tous les niveaux.

Élargir l’accès à l’apprentissage

Les connexions digitales m’ont aidé à évoluer professionnellement. Grâce à Twitter, j’ai découvert des éducateurs du monde entier qui partageaient les mêmes idées et qui étaient passionnés. Lorsque j’étais confronté à un défi, je pouvais recueillir des idées diverses -auprès de ces collègues – plus que ce que mon personnel et moi-même aurions pu générer. J’ai participé à des conversations qui ont finalement amélioré ma pratique professionnelle. Quelle liberté d’acquérir de nouvelles connaissances, de nouvelles ressources, de nouvelles idées et de recevoir des commentaires de n’importe qui, n’importe où, tout en restant chez moi en pyjama !

Pendant longtemps, j’ai eu le sentiment que le développement professionnel était quelque chose qui me faisait du bien. Il manquait de sens et m’aidait rarement à acquérir des compétences et des connaissances qui me permettaient de créer une meilleure culture scolaire. Les médias sociaux m’ont mis sur la voie pour devenir le moteur de mon propre apprentissage professionnel.

Inspiré à offrir ce type d’apprentissage à tout mon établissement, j’ai commencé à partager avec des groupes d’enseignants plusieurs idées, stratégies et outils que j’avais acquis grâce à mon réseau d’apprentissage personnel. Nous avons travaillé en équipe pour créer une vision commune de l’intégration des médias sociaux afin d’améliorer l’apprentissage des enseignants, en mettant l’accent sur les outils gratuits basés sur le web. Lors de séances d’apprentissage ciblées après l’école, j’ai montré comment intégrer ces outils pour améliorer l’apprentissage. Les enseignants ont choisi parmi une variété de sujets tout au long de l’année scolaire. J’ai fait un suivi auprès des enseignants qui ont participé à ces sessions et qui ont utilisé les médias sociaux pour célébrer leurs succès ! En éliminant la peur de l’échec et en apportant le soutien nécessaire à une culture de l’expérimentation, les enseignants ont commencé à tirer parti de leur nouvelle autonomie et des outils en ligne.

Bientôt, les pratiques pédagogiques ont changé et les élèves ont également commencé à utiliser les médias sociaux pour soutenir leur propre apprentissage. Plutôt que de se limiter à l’expertise disponible au sein de notre école, les élèves se sont intégrés à une classe mondiale, en s’appuyant sur l’expertise de leaders et de penseurs du monde entier.

Pour que les élèves et les enseignants aient accès à cette classe mondiale, je devais également m’assurer que la voie était libre. De nombreux districts bloquent les sites de médias sociaux pour « protéger » les élèves. De telles politiques peuvent être contre-productives ; les élèves accèdent aux médias sociaux en dehors de l’école, alors pourquoi ne pas leur offrir un environnement favorable dans lequel ils apprennent à utiliser ces outils de manière productive et sûre ? Le travail des leaders digitaux consiste à aider les dirigeants de la communauté scolaire et des districts à comprendre le pouvoir des médias sociaux pour l’apprentissage et à créer des politiques technologiques qui favorisent l’accès.

Eric Sheninger est senior fellow au Centre international pour le leadership dans l’éducation et les partenaires de la réussite scolaire, et directeur de la technologie et de l’innovation de la maternelle au lycée au sein du district scolaire de Spotswood, dans le New Jersey. Il est l’auteur de Digital leadership : Changing Paradigms for Changing Times (Corwin, 2014).

Source : http://www.ascd.org/publications/educational-leadership/apr15/vol72/num07/Transforming-Your-School-with-Digital-Communication.aspx

Voir le site d’Eric Sheninger : http://ericsheninger.com