Norvège : le référentiel de compétences des chefs d’établissement

En Norvège, certaines universités et d’autres institutions offrent différents programmes de formation pour la direction scolaire, qui conduisent aussi à des qualifications professionnelles. La majorité de ces programmes sont publics. Le programme national pour les chefs d’établissement est organisé par la Direction de l’Education et de la Formation du Ministère mais il peut être intégré à des programmes de Master au sein des universités. Il a été ouvert aux enseignants depuis 2011.

Le programme vise d’abord les néo-recrutés mais les chefs d’établissement plus expérimentés sont accueillis s’il reste des places disponibles. Il dure environ 18 mois et rapporte 30 crédits ECTS. Les contenus sont principalement focalisés sur la direction scolaire et comprennent cinq grands domaines : 1) les résultats des élèves et l’environnement des apprentissages 2) le management et l’administration 3) la coopération et le travail en réseau, le management des ressources humaines 4) le développement de l’établissement et le changement 5) les rôles de leadership

Pour chaque domaine de compétences est décrit précisément les attentes et exigences concernant le savoir professionnel (ce que le chef d’établissement doit connaître et comprendre), les compétences (ce que le chef d’établissement doit maîtriser et être capable de faire) et les attitudes (ce que le chef d’établissement doit représenter, mettre en relation, engager et communiquer). Ces descriptions sont considérées comme des idéaux-types que le chef d’établissement doit être capable d’adapter aux besoins locaux et aux caractéristiques de son établissement.

La description des compétences est adaptée d’un modèle de « carte cognitive » où le chef d’établissement se positionne à l’interface de contextes interne et externe, en créant de l’ordre et de la stabilité, tandis qu’il est une clé du changement et de l’adaptation de l’établissement à de nouveaux développements. Ces compétences doivent correspondre à de bonnes relations interpersonnelles, des cibles efficaces, une stabilité interne, et un changement continu. En pratique, un chef d’établissement doit maîtriser différents types de compétences et concilier différents rôles de façon à réaliser de manière optimale les missions de l’organisation scolaire. Selon ce modèle, les rôles et les compétences au leadership sont distillés en 8 secteurs : 1) mentor : interaction, participation et ouverture 2) facilitateur : construction d’équipes, prise de décision participative, assurer l’engagement et gérer les conflits 3) supervision : superviser et documenter les résultats individuels, collectifs et ceux de l’organisation 4) coordinateur : organisation de l’enseignement et gestion des projets 5) directeur : avoir une vision, fixer des objectifs, mettre en œuvre des plans, assigner et déléguer des responsabilités 6) producteur : développer l’efficience et l’efficacité, gérer le temps, la surcharge de travail et les ressources 7) courtier : augmenter les ressources et l’influence, présenter de nouvelles idées et de nouveaux partenaires 8) innovateur : champion de la créativité et volonté de changement, agent du changement.

 

.Source : Atso Taipale, Source International survey on education leadership. A survey on school leader’s work and  continuing education Finnish National Board of Education

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :