Les pays au sommet des résultats PISA : Valorisation et reconnaissance des enseignants dans la formation initiale et continue

Les pays ayant obtenu des bons succès à PISA ont valorisé les enseignants et formé la profession à des savoirs professionnels leur permettant de mieux prendre en compte les apprentissages des élèves et leur réussite scolaire. La Finlande à mis l’accent sur un système éducatif de qualité et équitable en exigeant des enseignants qu’ils soient formés par un master en deux ans avec de fortes exigences de maîtrise de leur discipline mais aussi de préparation pédagogique articulant recherche et pratique. L’enseignement est une profession très désirée après la médecine et beaucoup d’enseignants poursuivent en doctorat et enseignent ensuite dans le système éducatif finlandais. Les enseignants sont fortement respectés et soutenus avec l’idée que l’enseignement peut conduire à des positions de cadre et d’expert dans la durée.

De même, Singapour est passé d’une logique de « recrutement » une logique de « qualité » des enseignants. Comme le proclamait le ministre Gok en défendant sa réforme : « chaque école doit être un modèle d’organisation apprenante. Les enseignants et les chefs d’établissement doivent chercher en permanence de nouvelles idées et pratiques, et aussi rafraîchir leurs savoirs. L’enseignement deviendra lui-même une profession apprenante, comme d’autres professions fondées sur les savoirs ».  La réforme singapourienne a changé complètement les modes de recrutement, préparation, statut, et formation des enseignants. Comme en Finlande, les exigences de recrutement sont élevées et le stagiaire est payé par le gouvernement pendant ses études. Les néo-recrutés sont embauchés au début de leur formation avec une garantie d’emploi. La préparation est très bien conçue par l’Institut National de l’Education et elle est suivie par d’importants programmes de soutien à l’entrée dans le métier et de développement professionnel. Une échelle de carrière a été créée pour offrir une grande variété de positions dans l’encadrement au cours de la vie professionnelle. Elle implique que les enseignants deviennent experts dans l’accompagnement des plus jeunes et qu’ils s’impliquent dans des actions de mentorat, d’accompagnement de l’entrée dans le métier, de pratiques collaboratives en relient théorie et pratique.

Bien que mettent en œuvre des programmes moins généreux, certaines provinces du Canada ont cherché à soutenir financièrement les jeunes recrues en cherchant, comme l’Ontario, à multiplier les expériences cliniques dans la formation. L’Alberta exige un programme de préparation intégrée sur 5 ans pour former ses enseignants. Beaucoup de ces formations sont plébiscitées par les étudiants et elles revalorisent la profession enseignante. De même, la Finlande et Singapour, les autorités publiques ont transformé les contextes d’enseignement pour mieux accompagner les enseignants tout en valorisant la profession dans les discours officiels et auprès des média.

Source : Linda Darling-Hammond (2017) Teacher education around the world: What can we learn from international practice?, European Journal of Teacher Education, 40:3, 291-309,

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :