Les changements dans la formation des chefs d’établissement à l’échelle internationale

En dépit des différences culturelles et des traditions institutionnelles, un nombre commun de tendances sont observables dans le développement professionnel des chefs d’établissement à l’échelle internationale. Cela comprend :

  • De nouvelles formes de coopération
  • De nouvelles relations établies entre théorique et pratique
  • Le ciblage de groupes professionnels pour développer leurs compétences dans l’établissement
  • La modularisation et la conception de programmes de formation adaptés
  • Des programmes développés selon plusieurs cycles de développement professionnel
  • Des programmes mieux ajustés dans leurs objectifs et leurs finalités aux besoins des professionnels
  • La recherche d’un développement personnel plutôt que l’apprentissage d’un rôle
  • Un déplacement vers la communication et la coopération professionnelles
  • Une centration sur le changement, le leadership, l’amélioration plus que sur l’administration
  • Une orientation plus forte sur l’établissement et son projet
  • La création et le développement de connaissances professionnelles partagées
  • Une orientation vers l’expérience à plusieurs et la mise en œuvre
  • De nouvelles façons d’apprendre par des ateliers et sur le lieu de travail

 

Les programmes de développement professionnel des chefs d’établissement ont aussi varié les formats de cours en s’intéressant davantage à la dimension cognitive de l’apprendre (conférences et auto-apprentissage), coopérative (travail de groupe) et communicationnelle (travail en projets) ou encore réflexive (auto-évaluation ou retour d’expériences). Ces nouveaux programmes se centrent davantage sur la motivation et la réflexion des individus sur leurs pratiques, encouragent le dialogue et la coopération entre collègues, et contribuent à développer un répertoire de compétences professionnelles. Différentes approches sont ainsi valorisées :

Des cours (en externe ou en interne) : ces formats de cours sont la base du développement professionnel. Mais utilisés de manière innovante, ils contribuent à modifier les attitudes et les comportements en suscitant l’inspiration et l’information, la réflexion et l’échange, l’expérimentation et la réalisation.

L’auto-apprentissage (manuels/logiciels) : dans les méthodes d’auto-apprentissage, les thématiques du séminaire sont préparés et explorés à travers des documents qui reflètent l’état de la recherche de la profession ou de la recherche académique, de façon à fournir une base de connaissances qui peut être ensuite transférée dans la pratique

L’échange collégial (communautés d’apprentissage/réseaux) : les communautés d’apprentissage professionnel et les réseaux sont des composants essentiels de la formation des chefs d’établissement. Ils offrent des occasions d’apprentissage et de réflexion sur les actions et les comportements. Les chefs d’établissement sont intégrés à ces espaces en dehors de leur établissement scolaire et peuvent ainsi développer et élargir leur vision et leurs connaissances dans les échanges avec leurs collègues.

Réflexion et planification : au début du programme, les participants ont un portfolio qui a contribuer à leur développement professionnel en fonction des cours enseignés et des occasions d’apprentissage. Il sert aussi à leur auto-évaluation et facilite les échanges avec les pairs dans un apprentissage collectif.

Retour d’expériences (auto-évaluation) : elle permet de guider l’apprentissage et de motiver le chef d’établissement dans la maîtrise de nouvelles connaissances et compétences.

 

Source : Huber, S. G. (2011). Leadership for learning–Learning for leadership: The impact of professional development. In International handbook of leadership for learning (pp. 635-652). Springer, Dordrecht.

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :