L’éducation en Chine à l’âge de pierre

Les archéologues de la Chine ont étudié les ruines laissées par le plus ancien Age de Pierre comme les sites de l’Homme de Yuanmo, Liantian, et Pékin. Leurs études ont une portée majeure pour l’exploration des origines de l’éducation chinoise. Dans les classiques chinois, il est fait mention de l’usage du feu, de l’agriculture et de l’élevage des animaux. Par exemple, Bai Hu Tong (la documentation du Tigre Blanc) rapportait que (enseigner aux autres à cuire la viande au feu peu aider à améliorer leur physique et régler leur humeur ». Shi Zi constatait aussi qu’”aux temps des Miyi, il y avait toutes sortes d’animaux, et donc que la chasse était enseignée”. « Pendant les temps des Sui, il y avait toutes sortes d’eaux, et donc pêcher était enseigné ». Le chapitre de Xici dans Le livre des changements mentionnait qu’« après que Baoyi fut parti, Shennong commença à travailler en coupant le bois avec une hache pour fabriquer des outils agricoles, frottant les tiges de bois pour fabriquer des poignées pour les outils, et enseignant aux autres comment les utiliser ». Apparemment, on enseignait aux individus le travail de la ferme. Ces documents indiquent que l’éducation de la société primitive était intégrée au travail des individus. Dans les classiques chinois, il est aussi fait mention des activités d’adoration du totem et d’offrande de sacrifices aux dieux et aux anciens. Toutes ces activités ont été transmises de génération en génération. Jusqu’à la fin de la société clanique, « les écoles à la maison » ont émergé comme forme d’éducation scolaire, encore qu’elles soient contrôlées par un éminent personnage au sein des clans.

(d’après Gu Mingyuan, (2014) Cultural Foundations of Chinese Education, Brill,

http://www.brill.com/products/book/cultural-foundations-chinese-education