Le système des examens impériaux dans la Chine traditionnelle

Le système des examens pour le service civil impérial était une caractéristique importante de la culture chinoise traditionnelle. Le système servait originellement la cour impériale dans la sélection des fonctionnaires parmi les lettrés, et en lien avec l’éducation, il eut des effets conséquents sur la tradition éducative chinoise. Le système des examens pour le service civil impérial peut être daté de la Dynastie Sui (581-618). Au cours de la Second Année de Daye (606) de l’Empereur Sui Yang, le Jinshi, un système d’examens avancé pour la sélection des fonctionnaires fut établi. C’était le début du système des examens impériaux. Il fut davantage développé pendant la dynastie Tang (618-907) et devint progressivement un système complet d’examens. Selon les Nouvelles Archives des Tang-Sélection des Lettrés, «  le système Tang pour la sélection des candidats comme fonctionnaires respectaient les pratiques antérieures du Sui. Il existait trois procédures principales. Les examens dispensés dans les écoles de village étaient nommés Shengtu, et les examens organisés à la préfecture et au niveau des comtés étaient appelé Xiangong, ceux qui réussissaient montaient d’un niveau d’examen, et ceux qui échouaient retournaient à leurs niveaux originels…ces examens se tenaient annuellement. Ceux qui étaient supervisés par l’Empereur lui-même étaient dénommés Examens Impériaux et ils concernaient les candidats talentueux. ». Les procédures pour les examens comprenaient des examens provinciaux au Ministère des Rites chaque hiver après que les écoles de gouvernement aient sélectionnés les candidats au niveau central et local. Comme l’exprime les Nouvelles Archives des Tang- sélection de lettrés documentés, « chaque hiver, les préfectures, les comtés, et les écoles de différents types sélectionnaient les candidats ayant réussi et les envoyaient au Ministère de la Culture et de l’Education. Les examens couvraient bon nombre de matières, mais les plus courants, qui recouvraient six matières, étaient les suivantes : Xiucai, ou l’examen pour les jeunes lettrés, l’examen des classiques confucéens, Jinshi, ou l’examen pour les lettrés avancés, les affaires juridiques, l’écriture et l’arithmétique.

D’après Gu Mingyuan (2014) Cultural Foundations of Chinese Education, Brill

http://www.brill.com/products/book/cultural-foundations-chinese-educa

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :