La politique de l’expertise collaborative selon John Hattie (6)

Tâche 7: CESSONS d’ignorer ce que nous connaissons et généralisons la réussite en utilisant la richesse de savoirs qui existent dans les communautés d’enseignants

Au début de l’année scolaire prochaine, des millions d’enfants commenceront l’école pour la première fois. Il est difficile d’imaginer que cela signifie des millions de problèmes de lecture ou de numératie mais un cas unique pour chaque enfant. Mais c’est la façon dont la plupart des écoles fonctionnent : chaque enseignant considère que ses élèves et sa classe sont un cas unique, que les problèmes de lecture ou de numératie d’un élève sont un cas unique et qu’il existe un nombre presque infini de méthodes pour le meilleur ou pour le pire pour se saisir des problèmes.

Imaginez que nous ayons une profession de médecins qui pense que chaque cas de leucémie est unique. Bien sûr, chaque cas l’est-mais il y a aussi un corpus de preuves sur le meilleur traitement, sur la façon dont le cancer se développe, comment ajuster le traitement au fil du temps et la façon de construire des études de cas concernant les meilleures interventions (et les réactions aux interventions). Il y a déjà une base de compréhension mutuelle sur laquelle il est possible de compter.

L’une de nos limites principales en matière d’éducation est que nous n’avons guère d’intérêt à généraliser les idées qui marchent, préférant faire valoir que « ma classe est un cas unique ». Mais en fait, nous en savons beaucoup. C’est comme si, chaque décennie, nous redécouvrions des notions qui marchent et les ré-emballions avec de nouvelles étiquettes. Il n’est tout simplement pas possible que chaque enseignant soit un cas unique; il n’est tout simplement pas possible que chaque élève soit un cas unique; il n’est pas possible que nous ne connaissions pas les pratiques qui marchent et qui ont des probabilités élevées de réussite (et certaines avec une faible probabilité de réussite). Mais notre profession évolue de cette manière. La nécessité de renforcer la recherche, la recherche-appliquée et l’évaluation et leur intégration dans la formation, le développement professionnel et la certification sont clairement déterminants non seulement pour promouvoir la réussite, mais connaître la réussite.

Peut-être les modèles de licence de l’enseignant (ou un mot plus détesté « les franchises ») peuvent être intéressant à étudier pour voir si tel modèle peut réduire l’inefficience consistant à redécouvrir ce qui existe déjà, et ce qui ne marche pas, ce qui marche le mieux pour accompagner les apprentissages. Il existe déjà des exemples de licences réussies comme la Reading Recovery, Success for All, Te Kotahitanga, Direct Instruction and les programmes de maternelle Abecedarian pre-school -et, bien qu’ils ne sont pas parfaits, ils ont été considérés comme une mise en œuvre et une diffusion réussite.

Il y a eu tant d’enseignants qui ont contribué au développement de ces programmes, ils ont été soumis si souvent à l’évaluation, et ils ont acquis une richesse de savoirs sur le moment opportun pour les mettre en oeuvre, avec qui, comment les adapter et ainsi de suite. Nous serions tout simplement stupides d’ignorer cela.

Hattie, J. (2015). What works best in education: The politics of collaborative expertise. Pearson.

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :