Etre enseignant en Finlande : flexibilité et adaptation locale

Il y a de nombreuses voies pour devenir enseignant en Finlande même si la sélection à l’université est très exigeante. Les jeunes étudiant(e)s peuvent décider d’épouser la carrière enseignante à différents moments pendant leurs études universitaires, au début, au cours de leurs études, ou à la fin d’un programme de formation pour les enseignants d’une discipline. Généralement, ils choisissent entre enseignement primaire et enseignement secondaire mais le programme est très flexible : des enseignants de collège peuvent décider d’enseigner en primaire s’ils ont suivi les cours de pédagogie, tandis que des enseignants de primaire peuvent enseigner au collège s’ils ont suivi les cours dans la discipline scolaire correspondante. Pour les étudiants qui ne poursuivent pas les cours à la faculté d’éducation, ils se spécialisent d’abord dans une discipline puis ils doivent ensuite suivre des cours de pédagogie pour devenir enseignant avec l’équivalent d’un Master. On attend des étudiants qu’ils apprennent, mais aussi qu’ils apprennent à apprendre, et qu’ils développent des compétences dans la communication en groupss et la création de réseaux. Ils sont aussi formés à la psychologie, philosophie et à la sociologie de l’éducation, à la recherche-action, aux méthodes d’évaluation, aux technologies de l’information et de la communication en plus de la didactique de leur discipline qui représentent moins de la moitié des cours. dispensés.  Les étudiants peuvent toutefois jouer avec une diversité d’options

Une fois en poste, les enseignants finlandais sont impliqués dans la construction de leurs contenus d’enseignement t articulés aux programmes nationaux définis par le ministère de l’éducation. Ce curriculum d’établissement définit le travail concret des enseignants et les guide dans la travail pratique avec les élèves dans l’enseignement et les apprentissages. A partir de ces contenus d’enseignement définis au niveau local, les enseignants organisent librement leurs activités et choisissent les méthodes d’enseignement, d’évaluation et les ressources qui leur conviennent. Les enseignants peuvent gérer le groupement des élèves pour optimiser les activités pédagogiques. La plupart des enseignants utilisent des méthodes d’enseignement et d’apprentissage innovantes notamment à partir des technologies digitales mais beaucoup d’entre eux enseignent aussi de manière traditionnelle et magistrale. Cette sorte de conservatisme pédagogique créé un équilibre entre modernité et tradition mais les enseignants sont fortement encouragés à collaborer avec leurs collègues et ils peuvent le faire sur leurs heures de travail. C’est pendant ces moments qu’ils préparent les ressources pour les élèves et qu’ils préparent des séquences communes. Beaucoup d’évenements sont aussi organisés collectivement  (festivals, événements sportifs, weekends découverte de la nature, projets scientifiques, etc.). Les parents sont aussi fortement impliqués dans les partenariats avec les établissements scolaires et discutent avec les enseignants des contenus à enseigner, des modalités d’évaluation des élèves. Les enseignants sont impliqués dans des collaborations multi-partenariales  afin d’assurer le bien être des élèves. Ils travaillent étroitement avec l’équipe de direction, les autres enseignants, mais aussi les psychologues, les infirmières et les travailleurs sociaux pour accompagner individuellement les élèves. Les relations sont aussi fortement basées sur la confiance et le respect mutuel. Les enseignants ont aussi une relation démocratique et égalitaire avec leurs élèves en étant très soucieux de leurs modalités d’apprentissage. Ils les encouragent et les guides tout en utilisant des techniques d’évaluation dont les résultats sont partagés avec les autres élèves et les parents de manière positive et constructive. Cette évaluation bienveillante est conçue comme un outil indispensable pour les pratiques pédagogiques et l’accompagnement des élèves dans leurs apprentissages.

Source : Niemi H. (2011) Educating student teachers to become high quality professionals. A Finnish case, CEPS Journal, 1(1), 43-66