Compétition et comparaison sociale dans les écoles de Pékin

Les compétitions entre les classes et entre les établissements scolaires à Pékin assurent une comparaison permanente tout en forgeant une identité collective. En plus de réguler les comportements, les autorités locales organisent un grand nombre de compétitions sur les connaissances scolaires, la performance artistique, les sports et l’innovation technologique. Ces activités doivent enrichir la vie extra-curriculaire des élèves et renforcer l’image de l’établissement à l’extérieur.

Conduit par ses motivations, les élèves conçoivent ses événements comme un moyen de défendre leur sens de l’honneur et leur appartenance collective. Toutefois, la part la plus importante dans la réputation d’un établissement est la réussite académique de ses élèves et son taux d’admission aux niveaux de scolarité supérieurs.

Pour promouvoir la compétition entre les classes, les établissements chinois introduisent un système de devoirs à la semaine, principalement à l’école primaire et au collège. Les classes deviennent successivement responsable de la discipline dans l’établissement pour une semaine et ils doivent s’assurer qu’un certain nombre de règles sont respectées.

Par exemple, si l’un des élèves joue au basket ou au football dans les couloirs ou dans la classe, il perdra des points pour lui mais aussi pour la classe. C’est la même chose s’il fait du bruit dans la cage d’escalier ou s’il grimpe sur un mur, s’il lance de l’eau à ses camarades, s’il vandalise le jardin ou les applications électriques.

A la fin de sa semaine de responsabilité, chaque classe fait le calcul des points perdus par les mauvais élèves et les mauvaises classes et cela sert d’indicateur à la sélection de la classe « extraordinaire » qui sera elle récompensée. Chaque classe possède donc ses objectifs, sa structure formelle et son ensemble de normes. Le chef de classe a un rôle à jouer pour la maintenir en ordre en distribuant des postes aux autres par exemple pour l’étude, la publicité, les divertissements, la discipline, et la santé.

Ces élèves « cadres » sont les représentants du chef d’établissement dans chaque classe et ils sont nommés le plus souvent par lui en fonction de leurs distinctions dans leurs résultats scolaires ou leurs compétences pratiques. De plus en plus toutefois, des élections sont mis en œuvre pour élire ces « délégués ». Les élèves sont en compétition les uns avec les autres pour accéder à ces positions honorifiques valorisées et reconnues par la communauté éducative.

Source : Gu, M., Ma, J., & Teng, J. (2017). Portraits of Chinese schools. Singapore, Singapore: Springer.

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :