Chef(fe)s d’établissement : quelques règles pour rester zen !

Règle n° 1 : Passer du temps : les décisions qui ont des effets dans l’établissement scolaire prennent beaucoup d’énergie et c’est une ressource rare. Le chef d’établissement qui passe son temps dans la prise de décision et qui formule des propositions doit faire face à une relative indifférence des enseignants parce qu’ils sont souvent accaparés par leurs classes et leurs activités d’enseignement. Plus les questions sont éloignées de la classe, moins les enseignants y accordent de l’intérêt. Mais quand on ne s’investit pas dans les échanges et les discussions qui précédent la prise de décision, il est plus difficile de la remettre en cause. Cela laisse des marges de manœuvre au chef d’établissement pour imposer ses choix même s’il doit y consacrer beaucoup de temps.

Règle n°2 : Reporter au lendemain ce qui n’est pas accepté le jour même.  Si ce que propose le chef d’établissement aujourd’hui n’est pas accepté, il pourra l’être demain. Etant donné le flux continu des personnes et les variations dans leur degré de participation dans les établissements scolaires, ceux qui sont investis aujourd’hui ne sont pas forcément ceux qui seront investis demain. D’où l’intérêt d’être persistant dans ses propositions et de revenir régulièrement à la charge.

Règle n° 3 : Oublier le statut au profit du fond : plutôt que de s’occuper de la manière dont les budgets sont alloués pour les bonnes idées, ou de l’avancement de carrière des uns et des autres, mieux vaut pour le chef d’établissement prêter attention aux changements qui sont proposés et aux autres questions substantielles qui peuvent être débattues en se rappelant qu’il faut surtout valoriser les idées émergentes et les personnes qui les portent.

Règle n°4 : Faciliter la participation des opposants : plutôt que de chercher à combattre dans une ferme opposition les idées qui sont jugées peu ou pas adaptées à la situation, mieux vaut les absorber dans une discussion collective, et chercher à formuler une proposition cohérente menant à un consensus assez large.

Règle n° 5 : S’équiper d’une poubelle pour le tri sélectif : on peut penser la prise de décision à l’image d’une poubelle dont on trierait le contenu : différents problèmes et solutions sont déposés par les uns et par les autres, sans forcément de liens entre eux, et l’enjeu est bien d’opérer un tri sélectif afin d’adapter les solutions aux problèmes les plus urgents et d’étudier d’abord les problèmes qui peuvent être résolus. C’est bien le rôle du chef d’établissement. Comme l’écrit Michael Fullan, nos « problèmes » sont nos « amis ».

Pour en savoir plus :

  • Romuald Normand, Le leadership du chef d’établissement. Anti-Manuel (en ligne) de pilotage pédagogique : https://www.cfcpe-edu.org/ressources/publications/
  • Téléchargeable ici